Poésie de pierres

POESIE: Un peu d'inspiration de la visite du site mystique d'Inusksuk Point...

Inuksuk Point

Nunavut, quelque part au large de l’île de Baffin.


Mer de brume. L’embarcation s’enroule dans les méandres du temps.


Nous accostons.

La berge présente de longues dalles arrondies qui accrochent, socle rose de granite archéen dont les yeux noirs, tissés dans les plis de la peau feldspathique, S’ouvrent soudain à l’écho de nos ombres.

Ici, les visites sont centennales.


Les âges ont adouci le plateau. Entre ses rides, perlent de minuscules feuilles rouges : Les bouleaux nains de la toundra offrent un automne vif à une forêt de lichens bien plus haute qu’eux !


C’est à cet instant, que je les aperçois.


De ce sol hermétique s’élancent, sans même besoin de racines, de petits monticules, créations fossiles faites de cailloux, de galets, de morceaux de roches assemblés pas n’importe où, pas n’importe comment.


Leur verticalité à mes genoux parsème d’un champ de fleurs le roc stérile.


Au cœur des statues bancales bat une vie insufflée par les mains qui les ont dressées-là. Au cœur des statues bancales s’esquissent une voix, un bras tendu, une direction un élan, une prière, une mise en garde, un message offert par le nomade qui sait au nomade qui s’en vient.


Calligraphie lithologique, art fin de l’emplacement, de l’orientation, de la forme de l’ombre des pierres.

Le chasseur fatigué y lit le sentier du gibier, le passage du gué, la banquise solide la migration des bernaches, l’emplacement du campement,


Le champ de repères, inespéré comme la pluie dans le désert, épanche sa soif d’une présence.


L’air blanc souffle la glace à mes lèvres.


J’admire les Inuksuit de mes yeux ignorants, sourde à leurs conseils. Marionnettes pétrifiées dont je ne connais pas langue.


Dans les profondeurs de mon ventre, quelque-chose s’éveille, gonfle mon cœur comme une voile. Les cellules d’ancêtres inconnus bouleversent ma généalogie !


Elles, reconnaissent les bras tendus des pierres, le paysage par la lucarne rose, les caches à viande, les cercles des tentes, les tombes couvées par la toundra.


Hyperboréenne - J’entends vos chants d’amour !


Inuksuit, petits frères,

Je suis déjà passée par là.





2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout